Mercredi 6 mai 1998 Leurs regards se sont croisés et depuis ce jour, ils ne se s'étaient plus jamais quittés. Une longue et belle histoire allait commencer. Ensemble, ils allaient tout envisager. Leurs yeux pétillaient et leurs cœur battaient à tout rompre. Avec lui, tout devenait plus simple, elle n'avait plus peur. Avec elle, il retrouvait le bonheur. D'un coup, d'un seul, ils s'étaient trouvés. Enfin, l'amour avait frappé.

 

Samedi 3 septembre 2004 Le temps avait passé mais rien avait changé. Ils s'aimaient et ne pouvaient pas le nier. Rien ni personne ne pouvait les en empêcher. Après toutes ces années, le moment était arrivé. En l'église Saint-Denis, au beau milieu de l'après-midi, Luc et Jessie s'étaient unis. Ils avaient dit oui, un grand oui qui durerait toute la vie.

 

Devant Dieu, les mains moites et la gorge nouée, ils s'étaient juré soutien et fidélité. Terrassés par la douleur ou nageant en plein bonheur, ensemble ils seraient les meilleurs. Pas un parent, pas un ami, pas un collègue ne manquait à l'appel. Tous accueillaient cette grande nouvelle. Les yeux mouillés, il était venu déposer un tendre baiser sur ses lèvres rosées. La voix, cassée, elle s'était engagée. Elle avait prononcé le mot magique. C'était simplement magnifique.

 

Dans les bancs, on avait pleuré, chanté. Dans la rue, certains criaient et d'autres klaxonnaient. Les confettis pleuvaient. Tous tenaient à s'exprimer, leur joie devait éclater : vive les mariés ! Postés sur le parvis de la maison du Seigneur, ils immortalisaient ce moment de douceur. Ils souriaient au soleil, croyant être plongés dans un profond sommeil. Non, ils n'avaient pas rêvé, leurs destins étaient maintenant liés. Seule la mort pourrait les séparer.

 

Retenus par un joli chignon, ses longs cheveux blonds comme les blés volaient au vent. De temps à autres, une fine mèche venait cacher ses beaux yeux bleus mais ce n'était pas gênant. L'un comme l'autre, ils semblaient avoir arrêté le temps. Mis à part leur amour, plus rien ne comptait vraiment. Toute de dentelle bordée, sa longue robe blanche valait la peine d'être admirée. Il avait tout prévu pour cette grande occasion : le chemisier bien repassé, la cravate, le veston. Inutile de dire qu'il faisait sensation.

 

C'était le grand soir. Il ne fallait pas décevoir. On ne laissait pas de place au hasard. En ce qui concerne la décoration, ils avaientt largement fait leur part. De part et d'autres de la salle de réception, de petits ballons colorés accrochés. Sur les tables joliment dressées, de gros bouquets de fleurs étaient disposés. Les convives n'avaient qu'à s'installer.

 

Sans doute affamés par toutes ces festivités, ils allaient très vite être rassasiés. En cuisine, on avait mis les petits plats dans les grands. Les pains surprise et nombreuses mignardises leur paraissaient exquises. Servis avec ses feuilles de chêne et posé sur son lit de champignons, le pâté en croûte était bien bon. Enfin, prenant leur envol dans cette nature folle, les deux papillons qui formaient la pièce montée n’auraient aucun mal à être dévorés. Il n'y avait aucun doute : on ne pouvait que se régaler !

 

Ils avaient tous bien mangé et voulaient maintenant s'amuser. Ils avaient beaucoup plaisanté, voire même déliré autour de mini jeux organisés. Ils étaient bien excités, peut être même un peu bourrés. Rien de tel pour aller danser !

 

En milieu de soirée, sur un slow bien amené, les mariés se sont enlacés. Puis, pour leur emboîter le pas, les convives les ont imités. Certains ont souhaiter se déhancher sous le soleil des tropiques ou encore faire l'amour en musique. C'est bien connu, pour un mariage réussi, on se déchaîne jusqu'au bout de la nuit !

Proposé par Marlène